Aides et crédits d’impôts

Les aides de l’état pour l’installation d’un élévateur vertical

Saviez-vous que pour l’installation d’un élévateur vertical - ascenseur privatif, monte-escalier et élévateur PMR - vous pouviez bénéficier d’une d’aide ou d’un crédit d’impôt ? Si vous hésitiez encore à vous lancer, cette information peut vous aider à prendre une décision.

Le crédit d’impôt

Les équipements d’accessibilité et de sécurité sont valorisés par le gouvernement.

Le montant du crédit d’impôt est calculé en fonction du prix de l’installation et de la main d’oeuvre TTC.

Cela signifie que vous devez faire installer votre équipement par un professionnel et dans votre résidence principale. La facture remise par la société chargée des travaux fait lieu de justificatif. 

 

Le taux est égal à 25% des dépenses effectuées dans la limite d’un plafond s’appliquant sur plusieurs années. Le plafond de dépense équivaut à :

• 5 000 euros pour une personne célibataire, veuve ou divorcée

• 10 000 euros pour un couple marié ou pacsé. 

Grâce au crédit d’impôt, vous bénéficiez également une TVA à 5,5% sur l’équipement acheté et d’une TVA réduite à 10% sur les travaux d’intégration.

 

Si le crédit d’impôt est supérieur au montant des impôts, la différence est remboursée. Le crédit d’impôt est remis sous forme de chèque pour un foyer exonéré d’impôt. 

 

Le crédit d’impôt sur le revenu pour les dépenses en équipements de sécurité et d’accessibilité a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2017. Vous avez donc encore un peu de temps pour mettre votre projet d’aménagement au point.

C’est le moment de demander votre devis en ligne !

Les aides financières

Les aides financières sont à destination des particuliers. Il en existe deux :


• L’ANAH : Programme Habiter Mieux.
Cette aide est accordée aux propriétaires occupants et aux bailleurs vivant en maison individuelle ou appartement  achevés depuis plus de 15 ans dans une résidence principale. Il s’agit donc d’aménagement de rénovation. 

Pour l’obtenir, la demande doit être faite avant le début des travaux auprès des interlocuteurs locaux de l’ANAH. L’aide est délivrée en fonction :

- Des revenus : soit 35 à 50% du montant des travaux pour les propriétaires occupants

- De l’état de dégradation du logement pour les propriétaires bailleurs : c’est-à-dire 25 à 35% du montant des travaux.

En contrepartie de cette aide, les occupants locataires bénéficient d’un plafonnement de loyer.


• MDPH : La maison départementale des personnes handicapées peut également verser des aides financières pour aider les personnes à mobilité réduite. Elle permet de compenser le handicap en développant des moyens techniques ou animaliers.

La prise en charge financière est de 75 à 100%. Elle permet également de garantir un revenu minimum au travailleur handicapé : jusqu’à 800,45 euros par mois en fonction des ressources.